Gabrielle

Résumé : Réunis dans leur résidence estivale de l’île d’Orléans, non loin de Québec, les Miller et leurs six enfants offrent l’image de l’harmonie et de l’aisance. La crise des années trente les a épargnés. 

Chez eux, le goût du bonheur l’emporte sur les conventions et les préjugés d’une société paroissiale et étouffante. 

Comblée par un mari intelligent et sensuel, Gabrielle aspire a encore plus de liberté, prête à la révolte. La tendre et violente Adélaïde, sa fille, est déchirée entre sa tendresse pour le jeune Florent et sa passion pour l’Irlandais Nic McNally.

Partout, alors que la rumeur de la guerre enfle en Europe, s’annoncent des orages du cœur, des menaces, des trahisons, la maladie. 

Mon avis : Cette saga est revenue sur le devant de la scène grâce à Margaud. Intriguée par son enthousiasme vis-à-vis de cette saga, je me suis lancée dans le premier tome.

La première chose à dire c’est que tous les personnages de l’autrice sont bien traités. On peut bien souvent percevoir la complexité de chacun d’entre eux. Mais deux personnages m’ont particulièrement marqué : Gabrielle et Adélaïde.

Gabrielle est une personne avec un caractère bien trempé par rapport à ses deux sœurs. Elle fait ce qu’elle veut, peu importe ce qu’on pense d’elle. C’est ainsi qu’elle épouse Edward alors que sa famille voulait qu’elle se marie avec Jules Albert. Le couple qu’elle forme avec Edward, est juste le plus beau que j’ai vu jusqu’à présent dans la littérature. Elle veut faire beaucoup notamment pour endiguer la tuberculose, qui fait des ravages à cette époque, et la pauvreté. Mais elle est loin d’être un personnage tout blanc. J’ai particulièrement aimé les doutes qui se posent à elle entre ses actions et ses croyances religieuses.

Sa fille ainée Adélaïde a bien hérité de la beauté et du caractère de sa mère. Elle est encore plus indépendante que cette dernière. Rien ne l’arrête pour suivre le chemin de son cœur, que ce soit avec Florent, Nic ou Ted. J’ai aimé voir grandir ce personnage et prendre son indépendance.

Du côté des personnages secondaires, je dois dire que j’ai beaucoup aimé Isabelle, la nièce de Gabrielle, qui est dans l’ombre de sa sœur mais qui se révèle être une fille puis une femme très intelligente avec un cœur en or. Mais celui sur lequel je me pose encore beaucoup de question c’est Nic, un ami d’Edward mais aucun doute que son rôle a été primordial dans ce premier tome.

Ce roman est une histoire à contempler. Il n’y a pas de place pour l’action, on ne s’ennuie pas pour autant. C’est un roman à déguster. La vie des personnages est passionnante alors qu’elle aurait pu être celle de monsieur et madame tout le monde à cette époque.

Gabrielle veut transmettre sa positivité à ses enfants mais également d’autres petites choses comme les petits bonheurs quotidiens.

L’autrice a une plume qui nous permet d’être plongé dans cette histoire, j’ai pu parfaitement imaginer les lieux où évolue les personnages grâce à ses descriptions sans que cela ne soit trop lourd. Elle emploie des mots typiquement québécois qui contribuent à cette plongée (un lexique est disponible si on ne comprend vraiment pas).

En bref, je dois dire que ce roman est une belle découverte autant pour ses personnages et que la découverte du Québec de l’entre-deux guerres. L’autrice nous immerge dans son histoire et il m’a été bien compliqué d’en sortir surtout avec ce qui se passe à la toute fin de ce premier tome.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.