Le bal des folles

Résumé : Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Mon avis : Ce roman a fait parlé de lui lors de la dernière rentrée littéraire. Je dois dire qu’il m’a intrigué, ce qui est rare pour un livre de la rentrée littéraire, car j’ai compris qu’il parle de psychiatrie au 19ème siècle.

L’autrice nous emmène à la Salpêtrière, là où on enfermait les folles, nom qu’on donnait aux femmes présentes dans ce lieu. Sous le terme folie se cache la dépression, l’épilepsie, les hystériques mais aussi des femmes dont les pensées dérangent.

L’autrice présente trois héroïnes dans cette histoire. Eugénie qui va être internée parce qu’elle voit les morts, Louise qui est le modèle pour les cours publics de Charcot et Geneviève l’infirmière en chef de ce lieu. Chaque personnage évolue au cours du roman. J’ai en particulier apprécier le développement de Geneviève qui comprend au fil des pages que la science ne peut pas tout expliquer.

L’autrice m’a permis de découvrir l’univers des asiles psychiatriques à la fin du 19ème siècle, la recherche de traitement mais aussi la surestimation de l’influence de l’utérus et des ovaires dans les maladies psychiques féminines.

J’ai aussi vu ambiguïté des gens vis à vis des folles, entre fascination et répulsion. Les gens ne veulent pas d’une folle chez eux, par contre ils se pressent aux cours publics de Charcot ou au bal annuel de la mi-carême. Ce bal m’a étonné. D’un côté je comprends le désir du professeur Charcot de rendre ces femmes normales aux yeux de la société mais d’un autre ce bal c’est satisfaire la curiosité malsaine des ceux qui viennent.

J’ai aimé découvrir un univers que je ne connais pas. Par contre, bien que cela donne un rythme au roman, je trouve dommage que l’autrice ait ajouté un aspect fantastique à ce roman. Je trouve que cela décrédibilise les femmes internées parce qu’elles dérangent.

En bref, c’est un roman qui s’écoute rapidement. J’ai aimé découvrir l’univers d’un asile psychiatrique à la fin du 19ème siècle mais aussi la condition féminine de cette époque.

2 réflexions sur “Le bal des folles

    • La république des livres dit :

      C’est vrai que le bal sert de fil rouge à tout le roman mais est au final peu présent. je pense que le roman aurai du avoir des pages en plus pour mieux développer cette histoire.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.